Film noir, complot, culpabilité bourgeoise et mystères...Voici les quelques étapes de mes derniers voyages au pays de tous les cinémas:

 

Balade entre les tombes - Scott Frank (2014)

un film très noir et plutôt sympa à regarder, si l'on s'assoit sur le côté alambiqué de l'intrigue et son postulat de départ: les traficants de drogue New-Yorkais ne sont pas assez durs et fermes pour combattre les enfoirés qui kidnappent les membres de leur famille. C'est pourquoi ils font appels à Liam Neeson, ex-flic alcolo, reconverti en privé...

Liam Neeson, justement, est convaincant dans un rôle plus subtil que ses dernières sorties, notamment la série des Taken.

A voir si vous aimez ce genre de film et que vous n'avez rien de mieux à vous mettre sous la dent.

 

La théorie des dominos - Stanley Kramer (1976)

pour les amateurs de thrillers paranoïaques typiques des années 70...une solide ditribution (Gene Hackman, Richar Widmark, Eli Wallach, Mickey Ronney, Candice Bergen...) dans un film assez étrange, oscillant entre une ambiance plutôt réussie et un scénario trop elliptique à mon goût.

Présenté comme une des théories sur l'assassinat de JFK, le film est surtout l'occasion de dénoncer les manipulations dont nous étions (et sommes toujours) victimes en ces périodes troublées (assassinat, désinformation ,manipulations politiques...). Moins réussi que The Parallax View, I comme Icare ou bien évidemment JFK.

A découvrir toutefois, ne serait-ce que pour la culture, d'autant que le blu-ray offre des conditions de visionnage magnifiques.

 

Le 7ème Juré - Georges Lautner (1962)

Un film injustement méconnu du père Lautner, grand artisan du cinéma français populaire des années 50 à 90, réalisé un an avant Les Tontons Flingueurs

L'occasion est ici offerte à tous les curieux de découvrir Bernard Blier dans un rôle de salopard bourgeois ordinaire rongé par la culpabilité. Meurtier par désarroi, il se retrouve juré au procès d'assises du pauvre type arrêté pour le meurtre qu'il a lui même commis...

Un portrait au vitriol de la bourgeoisie provinciale que n'aurait pas renié Chabrol, le spécialiste en la matière, entre collusions, petits arrangements, délit de sale gueule et moeurs vérolés...

Le film est un peu daté par certains aspects mais la charge est virulente et Bernard Blier vaut à lui seul le détour. Quand à sa femme, incarné par Danièle Delorme, elle incarne une fantastique salope dont la cupidité et la soif de réussite n'ont d'égale que son sang-froid!

Je le conseille sans hésiter, notamment pour une très belle séquence de meurtre sur fond des Quatre Saisons de Vivaldi en ouverture (rappelez-vous qu'on est en 1962).

 

Dark Places - Gilles Paquet-Brenner (2015)

Un scénario tordu, tiré d'un roman de Gillian Flynn, pour un film à moitié réussi mais porté par une Charlize Theron morose à souhait.

Quelques belles idées (le "kill club", le satanisme dans les années 80) et une atmosphère poisseuse mais le film pêche par quelques invraissemblances ou incohérences (28 ans après le massacre de ma famille, mon frère ne serait-il pas innocent finalement??) et une mise en scène manquant d'ambition.

A voir le samedi soir au coin du feu...

 

Bon films à tous!

Cinemaniaq